Vibrations

Il a été livré hier soir, que va-t-il se passer, vas-tu retrouver l’agilité, la vélocité d’avant ? Tu n’as aucune envie de reprendre tes vieilles partitions, tu es plutôt tentée de te laisser aller, de retrouver le plaisir des mains sur les touches lisses, d’écouter les sonorités que tu produis au hasard, sans intention.

Chaque matin, tu t’installes devant l’instrument, tu fermes les yeux, poses les mains délicatement, tu es presque étonnée de ce que tu entends. Retenant ton souffle, tu gardes la position, jouissant de la vibration qui s’évanouit lentement. Tu recommences avec plus d’assurance cette fois, ta respiration s’accélère, les doigts se font plus agiles, les notes rapides sont des perles, des gouttes de rosée. Tu t’efforces de caresser les touches de manière à produire les sons les plus fins, les plus doux.

Tu n’as plus aucune conscience de l’endroit où tu te trouves, tu deviens microscopique, tu t’engouffres dans chaque note pour aller chercher dans l’onde sonore, tu ne sais quelle évidence. La vague grossit, les perles deviennent grêlons, les gouttes petites pointes aiguisées. L’orage éclate, lames déferlantes, lourdes masses sombres frappant les basses, martèlement lancinant. Tu t’arrêtes soudain sur une grappe de notes, faisant résonner les harmoniques avec la pédale, attentive aux sensations que tu éprouves. L’oreille tendue, ton corps s’arque-boute comme pour mieux retenir le flot qui se perd malgré ton désir de le retenir. Derniers frémissements, imaginés peut-être. Silence apaisant.

Tu sors de ton rêve et t’aperçois que tu as encore passé des heures devant le clavier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *